Menu Fermer

Disneyland : il devient fou après trois heures coincé dans la maison des poupées

Coincé trois heures dans la maison des poupées, il devient fou
« Il fait noir… poupées qui chantent… qui dansent… chanson en boucle, bredouille Jean-Baptiste, qui souffre de stress post-traumatique. »
 
Jean-Baptiste, suite à un problème technique à Disneyland, est resté coincé trois heures dans la maison des poupées, mieux connue sous le nom de « It’s a small world. »

Un refrain entendu 200 fois

En effet, il s’est retrouvé bloqué dans l’un des bateaux de l’attraction avec six mômes – d’abord ravis – qui reprenaient en chœur la célèbre chanson.
 
« Au début, les passagers ont pris ça avec humour, nous raconte Amélie, accueillante du manège. Les vraies difficultés ont commencé au bout de 30 minutes, quand la plus jeune de l’équipage a eu une envie pressante. 


Or, ce bateau-là s’était encastré dans une pyramide en carton pâte. On a eu le plus grand mal à évacuer tout le monde. Mais le plus dur, bien sûr, était pour les passagers : trois heures dans l’attraction, c’est 45 fois la chanson ‘It’s a small world’, soit plus de 200 fois le refrain. »
 
« La seule consolation, nous dit Marianne, maman présente dans le même bateau que Jean-Baptiste, c’est que quand le disque s’est rayé, on n’a pas vu la différence. Autre bonne nouvelle : quand les filles ne sont pas sages, je les menace de leur passer la fameuse chanson : elles se calment direct. Ah oui, et aucune ne m’a demandé de poupée pour Noël.

Un pari risqué

« Jean-Baptiste ne voulait pas vraiment faire l’attraction en premier lieu, nous dit André, son meilleur ami. C’est moi qui ai parié 20 euros avec lui qu’il ne supporterait pas les cinq minutes de balade avec cette chanson pourrie. Il l’a supportée héroïquement pendant trois heures. Bon, il est maintenant en hôpital psychiatrique, mais voyons le bon côté des choses : il a gagné 20 euros. »
 
Une chouette journée, en somme.

Vous en pensez quoi ?